La réalité a une limite que la vidéo permet de contourner, comme la juxtaposition d’images, de sons, de temps et de points de vue.

 

Dans la vidéopoésie, je confronte la poésie écrite et le visuel, tandis que j’aborde la vidéoaction comme un complément des « performances ».

 

Au travers de la vidéodanse, je poursuis un questionnement du langage corporel et audiovisuel.

todos los derechos reservados